INTERESSEMENT 2022 EN DANGER

Publié le 22 juin 2022

Intersyndicale CGT – CFDT – CFE/CGC – UNSA – SNUP

Une étrange manière de grandir ensemble !

Comme chaque année, les Organisations syndicales CDC et la Direction doivent négocier impérativement avant le 30 juin l’avenant annuel pour fixer les objectifs d’intéressement 2022 ; pour l’instant, les négociations en cours n’ont pas permis de trouver un accord.

Rappel des règles de l’accord signé pour la période 2021-2023 :

  • Les Organisations syndicales CDC et la Direction doivent passer en revue les objectifs 2022 afin de s’assurer de leur faisabilité.
  • Pour que l’intéressement des agents existe en 2022, l’avenant doit être signé par tous les signataires de l’accord, soit toutes les Organisations syndicales CDC et la Direction.

La Direction a choisi, non pas de respecter ses engagements mais de donner des « gages » de rentabilité à la Commission de Surveillance et de réduction de l’intéressement à la Cour des Comptes. En effet, la Direction impose un nouvel objectif dit « économique » qui n’est pas maîtrisable par les agents et soumis à de nombreux aléas extérieurs.

L’enjeu est de taille ! Pourquoi ?

La signature de l’intéressement conditionne le versement non seulement de l’intéressement « normal » et son abondement, mais aussi le versement du superperco des agents qui partent prochainement en retraite.

La Direction est prête à ne pas verser d’intéressement du tout cette année !

Année où le pouvoir d’achat est en danger à cause de l’inflation et où l’intéressement est un enjeu fort de « sécurité financière » pour les agents.

Le point de litige majeur entre les Organisations syndicales CDC  et le Directeur général : le nouvel objectif « économique » ( le ratio entre les charges et le produit net bancaire) impose de minimiser les dépenses (y compris la masse salariale) et de maximiser les revenus, sur le dos des Personnels et des missions de l’Etablissement.

Le mardi 8 juin les cinq Organisations syndicales ont demandé ensemble que l’objectif économique soit retiré car nous savons que cette année est marquée par l’incertitude la plus totale :

  • Sur les charges :
    • Inflation
  • Sur le produit net bancaire (PNB) :
    • Résultats de toutes les entreprises : ils pourraient être en berne
    • Marchés financiers fébriles
    • Dividendes des filiales et des portefeuilles financiers des plus incertains
  • Sur les charges et le PNB :
    • Décisions gouvernementales pouvant induire la mise en place de nouveaux « PLANS » pour répondre à la « crise économique », soutenir l’économie, poursuivre la relance

Cet objectif fondé sur le PNB n’est donc pas à la main des agents.

Les cinq Organisations syndicales représentatives du Personnel ont donc de nouveau demandé à la Direction le jeudi 16 juin le retrait de cet objectif.

Le Directeur Général, lors d’un rendez-vous le mardi 22 juin, leur a opposé un nouveau refus.

 A ce stade, il faut se préparer au pire, mais la Direction peut encore écouter et entendre les représentants de son Personnel d’ici le CUEP du vendredi 24 juin.

Voir cet article en version PDF

Les derniers articles parus

Mots-clés

Nos actions à travers nos articles

Faire une recherche